Le tourisme du sel sur la façade Atlantique (+concours)

Aujourd’hui banal, présent sur toutes les tables, le sel a longtemps été une denrée rare et chère, essentielle à la conservation des aliments, alimentant les fortunes et régissant les échanges commerciaux. Présent sur la côte Atlantique depuis des siècles, il y est toujours exploité, son industrie faisant aujourd’hui la joie des gourmets et des touristes.

Si le patrimoine industriel vous intéresse, un guide du routard est à gagner, rendez-vous en fin d’article pour les modalités.

A la découverte du sel de Guérande

Sur la presqu’île guérandaise en Loire-Atlantique aux portes de la Brière, on le récoltait déjà à l’âge du fer, et les premières salines remontent au 3ème siècle. Vers 945, des moines édifient un prieuré sous le patronage de saint Guénolé, fondateur et premier abbé de Landévennec. Les religieux qui s’y installent développent l’activité salicole sur toute la zone, du Croisic au Pouliguen.

Après un déclin de l’activité, et les menaces des convoitises immobilières et de projets d’infrastructures dans les années 1970, l’activité salicole est sauvegardée, au même titre que les écosystèmes sont protégés. La technique actuelle d’exploitation est antérieure au 9ème siècle, et au moins 5 salines de l’époque carolingienne sont encore exploitées sur le marais.

Grâce à ces mesures, on peut aujourd’hui découvrir ce paysage unique, façonné par la main de l’homme et refuge pour de nombreux oiseaux.

Entre avril et septembre, il est très agréable de parcourir les petites routes, de s’arrêter le long des oeillets, ces surfaces rectangles de 70 m² environ dans lesquelles le sel finit par cristalliser lorsque l’eau qui y est enfermée arrive à saturation (280 gr. de sel par litre d’eau). On peut y observer les paludiers au travail, maniant la houlette, disposant le sel en mulons (petits tas) au bord de la saline… Pour comprendre comment le sel se forme ici, sous l’action du soleil et du vent, je vous recommande la lecture de ce court article. Et bien sûr, rien de tel que de profiter d’une visite guidée sur les lieux pour se rendre vraiment compte du travail effectué. Plusieurs structures touristiques en proposent, le musée des paludiers ou Terre de sel à Guérande. Des paludiers indépendants ouvrent également leurs petites entreprises aux visiteurs.

L’or blanc est aussi exploité en Vendée

Plus au Sud, les paysages du Marais Breton Vendée se prêtent également à l’industrie salicole, pratiquée selon les mêmes techniques anciennes et artisanales. Les premiers sauniers, ici, sont agriculteurs, ils commencent à exploiter le sel pour conserver les aliments mais également pour sa valeur d’échange. Jusqu’à 700 salines étaient par exemple exploitées sur la seule commune de Bouin au début du 18ème siècle.

Au fil des siècles, les sauniers vendéens s’unissent pour faire face à la concurrence des salines méditerranéennes notamment. Aujourd’hui, une centaine de sauniers, regroupés en coopérative, cultivent les 3 000 œillets des marais salants de l’Ile de Noirmoutier, tandis que sur une partie du littoral quelques dizaines d’artisans perpétuent la tradition, et ouvrent pour la plupart leurs exploitations aux touristes.

J’ai choisi de vous emmener à la saline du Recoin, faisant partie des Marais Salants de la Vie, situés sur la commune de Saint-Hilaire-de-Riez. Façonnés dès le 7ème siècle et exploités jusque dans les années 1970 où ils occupaient jusqu’à 1000 hectares de terre et faisaient vivre 400 familles, ces marais ont été ensuite abandonnées pendant 30 ans.

La saline de Recoin que l’on visite aujourd’hui a été reconstruite à l’identique en 1997. A pied ou en calèche, c’est un vrai plaisir de découvrir toutes les techniques anciennes, les outils utilisés, le circuit de l’eau… Instructif pour les adultes comme pour les enfants, ne manquez pas ce type de visite si vous passez dans la région !

Cet article participe au rendez-vous inter-blogueurs En France Aussi, créé par Sylvie du blog Le coin des voyageurs. Ce mois-ci, c’est Mathylde du blog Mordue de voyages qui propose un tour de France sur le thème du tourisme industriel. Elle a d’ailleurs choisi de parler de la récolte du sel de mer selon d’autres techniques, du côté de Gruissan sur les bords de la Méditerranée.

Vous pouvez également retrouver les articles des autres blogueurs sur la page Facebook du rendez-vous, je suis sûre que vous y ferez de belles découvertes !

#EnFranceAussi #concours

CONCOURS

Guide du routard guide de la visite d'entreprise

Ce mois-ci, Entreprise et découverte s’associe au rendez-vous En France Aussi pour faire gagner aux lecteurs et aux blogueurs le Routard « Guide de la visite d’entreprise » (2 guides à gagner).

Pour le gagner, il vous suffit de commenter cet article (ou l’un des autres articles du rendez-vous) ET de commenter sur la page Facebook du rendez-vous, (en indiquant le blog sur lequel vous avez commenté) jusqu’au 30 janvier 2018.

Le tirage au sort aura lieu le 31 janvier 2018. Chaque participation porte un numéro. Un numéro sera désigné par random.org parmi les lecteurs ayant commenté. Un numéro sera désigné par random.org parmi les blogueurs ayant écrit et publié un article.

Les gagnants seront prévenus sur les blogs Le coin des voyageurs et Mordue de voyages en édit, et sur la page Facebook #EnFranceAussi. Les gagnants auront une semaine pour faire parvenir leur adresse. Passé ce délai un nouveau tirage au sort sera effectué. Entreprise & découverte se charge de l’envoi du lot. Les gagnants devront indiquer quand il leur sera livré.

Bonne chance !

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à me suivre sur Facebook ou Hellocoton !
Publicités

28 commentaires

  1. Très bel article, Caroline, comme d’habitude qui me laisse à penser que vous pourriez aimer le prochain roman d’Olivier Bourdeaut (auteur du fameux « En attendant Bojangles ») « Pactum Salis » qui a pour décor les marais salants de Guérande et pour personnage principal un cueilleur de sel. Il sort le 7 janvier et je l’attends pour ma part de pied ferme. Je vous souhaite une très belle année

    Aimé par 1 personne

    • Merci Geneviève, et bonne année !
      Je n’ai pas (encore) lu Bojangles, mais en ai très envie au vu des articles élogieux que j’ai lus. Je n’avais pas entendu parler de ce nouveau titre, mais pourquoi pas en effet, j’aime quand les livres me font voyager, au bout du monde ou plus près.

      J'aime

  2. Une belle description de cette exploitation du sel sur la façade Atlantique… et toujours de belles photos aussi ! L’industrie du sel y a laissé de beaux paysages heureusement (pas comme les mines de sel de Lorraine 🙂 )

    Aimé par 1 personne

    • La main de l’homme a en effet forgé de jolis paysages qu’il est encore agréable de parcourir aujourd’hui. C’est aussi très chouette de voir que cette industrie du sel a perduré à travers les siècles, c’est un patrimoine important à conserver, et à découvrir ! Merci de ton message.

      J'aime

    • C’était mon point de vu aussi, mais Mathylde m’a convaincue pour faire le parallèle avec Gruissan. Les saulniers sont des artisans c’est sûr, mais c’est quand même une industrie régionale, même s’il n’y a pas de structures en métal, d’usines comme on pourrait imaginer…

      Aimé par 1 personne

  3. Je ne suis guère surprise de te découvrir avec un article sur le sel pour ce RDV… C’est ce que moi aussi j’avais prévu ! Le jour de notre croisière de Nantes à St Nazaire, nous avons ensuite eu une visite guidée dans les marais salants de Guérande (Terre de Sel)… mais il pleuvait tant que je n’ai pas pu sortir l’appareil photo, seulement le parapluie ! J’étais vraiment très très déçue car c’était super intéressant, mais je n’ai aucune photo à l’appui !!!! Après avoir ensuite pensé aux champignons du côté de Saumur, j’ai finalement pensé passer mon tour pour ce RDV avant de trouver un plan B in extrémis. En tout cas j’aime beaucoup ton article car j’ai toujours beaucoup aimé les paysages des marais salants, et c’est vrai qu’avoir les explications de ce travail c’est vraiment intéressant et enrichissant. Merci pour ce joli partage et très belle année 2018 à toi et ta famille !

    Aimé par 1 personne

    • C’est amusant ce choix similaire ! Mais au final c’est bien d’avoir deux sujets différents. Je n’ai pas fait la visite à Terre de sel, mais c’est sûr que sous la pluie ça a nettement moins d’intérêt, dommage…
      Moi aussi j’aime beaucoup ces paysages, et savoir que l’homme peut façonner la terre et créer de belles choses en respectant la nature est une idée qui me plaît.

      Aimé par 1 personne

    • J’ai vu ça en effet ! Tes photos sont très jolies. Je crois que toutes les exploitations de sel sur la côte Atlantique ont le même aspect, les techniques de production sont les mêmes, en tous cas moi j’adore ces paysages.

      J'aime

  4. Les Marais salants m’ont toujours impressionnée. Je ne peux pas l’expliquer. Nous avons passé pas mal d’étés à l’Ile de ré et mon grand bonheur était de les longer à vélo. En fait la vue est vraiment apaisante.
    Merci Caro pour ton article fort intéressant et tes photos toujours aussi belles.

    Aimé par 1 personne

    • Moi je ne connais pas la Camargue, mais j’ai effectivement déjà vu des photos de ces jolis paysages, avec des couleurs en plus il me semble, le rose des flamands notamment, ça doit être un beau spectacle de voir ces animaux dans ces belles étendues d’eau.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s