En février dernier, nous avons découvert l’archipel des Canaries, et plus particulièrement l’île de Gran Canaria.

De ces îles, je savais leur origine volcanique, leur attrait pour les touristes… et pas grand chose d’autre finalement ! Il faut dire que cette fois-ci le premier objectif de notre voyage était un événement sportif, le tourisme était un plus !

Après la découverte des Açores dont l’île de São Miguel nous avait tant charmés en juillet 2016, c’était la seconde fois que nous abordions des îles de Macaronésie (j’ai découvert récemment ce terme, et j’avoue que c’est un territoire qu’il me plairait bien de continuer à explorer !).

Ici cette fois, pas d’atmosphère ni de végétation tropicale, mais une première impression d’aridité et d’urbanisation. Je m’explique.

Cette île au relief très marqué m’a immédiatement séduite par sa végétation, notamment sa multitude de cactus et plantes grasses, par ses villages perchés dans la montagne, ses sommets désertiques et rocailleux, ses sentiers et panoramas majestueux, ses canyons ou palmeraies de toute beauté, ses belles plages…

Mais elle m’a également déçue, voire rebutée par l’architecture (faut-il bien parler d’architecture ?…) des villes et stations côtières, où l’attrait du gain semble avoir détruit la roche au bulldozer et construit en dépit du bon sens et de l’harmonie des complexes énormes, masquant les belles plages et défigurant la côte… Sans parler des océans de bâches masquant les cultures de fruits et légumes.

Après quelques jours sur l’île, je garde cette impression mitigée, d’un petit paradis parfois préservé, mais aussi dénaturé.

Nous avons néanmoins fait de très belles découvertes (trop peu à mon goût, mais le séjour était court), entre les moments de repos, de préparation de course à pied et de bon temps entre amis. C’est je pense ce que je vais retenir de cette île, et que j’ai envie de partager ici.

Alors pour commencer, quelques informations pratiques :

  • Les Canaries sont un archipel de 7 îles principales, situées au large des côtes du Maroc (100 km pour la plus proche, près de 1000 km pour la plus éloignée)
  • Décalage horaire : 1h en moins par rapport à la France métropolitaine
  • Accès : de nombreux vols directs existent depuis la France
  • Déplacements : des lignes de bus régulières existent, de même que de très nombreuses possibilités d’excursion, en car notamment ; mais l’idéal est vraiment de louer une voiture (en plus la location est très très peu chère, l’essence également) ; pour info nous avons payé 85€ la location d’une Cactus (bien joué au pays des cactus !) pour 7 jours et 2 conducteurs déclarés)
  • Climat : peu de différence entre la nuit et le jour, par contre en altitude les degrés se perdent rapidement et sur la côte il y a du vent ; en février nous avons eu 18 °C la nuit et 23° C l’après-midi sur la côte, mais la température est descendue à… 5 petits degrés au plus haut de l’île
  • Langue : le français est assez peu parlé, quelques mots d’espagnol bien sûr et l’anglais vous permettront de vous débrouiller
  • Monnaie : l’euro, et des distributeurs partout ; le coût de la vie est raisonnable (par exemple 2,50€ la bière ou la boisson gazeuse en terrasse à Maspalomas)
  • Conduite : une belle autoroute entoure les 2/3 de l’île : de Puerto de Mogan au Sud à Agaete au Sud comptez 110 km pour 1h30 de trajet (voie gratuite, limitation 120 km/h) ; pour les routes de l’intérieur c’est une autre histoire : belles mais souvent étroites et pleines de virages, comptez faire une moyenne de 30 à 50 km/h, pas plus, mais profitez-en pour admirer les superbes paysages !
  • Guides et informations touristiques : nous avions le Géoguide Canaries qui est une bonne introduction aux principaux lieux à visiter (concerne toutes les îles de l’archipel, ça donne des envies aussi !), mais est plus limité pour les informations pratiques ; pour compléter le site de l’office de tourisme des Canaries est très bien fait et complet, vous pouvez également poser des questions sur leur page Facebook, ils sont très réactifs. Le site de tourisme de Gran Canaria est aussi intéressant.

Parlons maintenant de notre programme, assez light et qui ne nous a pas permis, loin de là, de tout voir :

J1 : Fataga et barranque

J2 : randonnée au Roque Nublo et Tejeda

J3 : visite de la Cueva pintada à Galdar, Agaete et Puerto de las Nieves, visite du Jardin Canario à Tafira

J4 : Puerto de Mogan

J5 : Maspalomas

Un peu de tout donc, des plages, des villages, un site archéologique, un jardin et des stations balnéaires. C’est assurément une île où il y en a pour tous les goûts !

A suivre !

Et vous, connaissez-vous cette île ? Ou une autre ? Avez-vous aimé ?

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à vous abonner au blog, ou à me suivre sur Facebook ou Hellocoton !
Advertisements