lire-statue-joachim-bellay

Statue de Joachim du Bellay par Alfred Benon, 1947.

Heureux qui comme Ulysse, a fait un beau voyage…. Vous connaissez certainement ces vers, mais vous souvenez-vous de leur auteur ?

Aujourd’hui je vous emmène en Anjou, plus précisément dans le petit village de Liré, berceau de Joachim du Bellay.

Joachim du Bellay naît vers 1522 au château de la Turmelière, sur les bords de la Loire, où il passe son enfance. Issu d’une famille noble, orphelin de bonne heure, il rencontre Ronsard à l’Université de Poitiers puis, à Paris, forme le groupe de poètes appelé la Pléiade, avec le but de diffuser la culture antique. En 1549, sous l’inspiration de ce groupe, il signe « Défense et illustration de la langue française » qui promeut l’usage du français à défaut du latin prédominant et travaille à enrichir la langue française.

Participant à la vie intellectuelle parisienne, il découvre également les monuments et ruines de Rome lors d’un voyage entre 1533 et 1537, qui lui inspireront de belles comparaisons.

Heureux qui, comme Ulysse, a fait un beau voyage,
Ou comme cestui-là, qui conquit la toison,
Et puis est retourné, plein d’usage et raison,

Vivre entre ses parents le reste de son âge !
Quand reverrai-je, hélas ! de mon petit village
Fumer la cheminée, et en quelle saison
Reverrai-je le clos de ma pauvre maison,

Qui m’est une province, et beaucoup davantage ?
Plus me plaît le séjour qu’ont bâti mes aïeux
Que des palais romains le front audacieux ;
Plus que le marbre dur me plaît l’ardoise fine,

Plus mon Loire gaulois que le Tibre latin,
Plus mon petit Liré que le mont Palatin,
Et plus que l’air marin la douceur angevine.

Joachim du Bellay, Regrets, XXXI.

Il meurt en 1560 à Paris où il est enterré, loin de la Loire à laquelle il était si attaché.

A Liré, on peut aujourd’hui encore apercevoir les ruines du manoir familial, au fond d’un parc romantique de 50 hectares un peu à l’écart du village de Liré.

Bastion avancé en Anjou de la forteresse de Châteauceaux (aujourd’hui Champtoceaux), faisant face au château d’Ancenis sur l’autre rive de la Loire, La Turmelière est, au Moyen-Âge, une place forte importante militairement.

L’ édifice date du 13ème siècle, fut restauré au 15ème siècle et incendié par les Républicains à la fin du 18ème siècle durant les guerres de Vendée.

lire-chateau-joachim-bellay-1

lire-chateau-joachim-bellay-2

lire-chateau-joachim-bellay-3

lire-chateau-joachim-bellay-4

lire-chateau-joachim-bellay-5

lire-chateau-joachim-bellay-6

lire-chateau-joachim-bellay-fleur

Ce domaine accueille aujourd’hui, dans différents bâtiments plus modernes, un établissement médico-social, des classes de découverte, des centres de vacances, des résidences d’écrivains ou encore des séminaires. Le parc est en accès libre et il fait bon y flâner.

lire-parc-turmeliere

On y découvre également le château de styles Renaissance et baroque édifié en 1887 par Charles Thoinnet, homme politique et notable local, sur le modèle du château de Beausmesnil en Normandie.

lire-chateau-turmeliere-1

Dans le centre de Liré, une demeure du 16ème siècle ayant également appartenu à la famille du Bellay abrite un musée d’interprétation dédié à l’écrivain, recréant l’atmosphère des demeures de l’époque par son décor, ses couleurs et son mobilier. Chaque salle correspond à une étape de la vie du poète et chaque gravure illustre son oeuvre et son époque.

Il était fermé lors de ma balade, je reviendrai !

lire-musee-joachim-bellay-1

lire-musee-joachim-bellay-2

J’ai beaucoup aimé cette balade, sous un beau soleil de début d’automne. Les ruines sont situées dans un endroit absolument calme et reposant, nul doute que l’écrivain a dû y passer une enfance paisible.

Ce billet participe au rendez-vous inter-blogueurs En France Aussi organisé par Sylvie du blog Le coin des voyageurs. Ce mois-ci, c’est Florence du blog Florence Gindre qui a choisi le thème : lieux d’écrivains.

Si vous souhaitez prolonger la balade par une randonnée, je vous conseille l’article de Sylvie.

#EnFranceAussi

Et maintenant place au CONCOURS ! (FINI)

Grâce au rendez-vous #EnFranceAussi, aux partenaires Gallimard et Ouibus et aux blogueurs participants, j’ai le plaisir de vous offrir ce mois-ci deux super cadeaux : le guide Gallimard Paris chic & zen et un bon d’achat Ouibus de 120€ !

jeu-guide-gallimard-paris jeu-oui-bus-novembre2016

Pour gagner, c’est tout simple :

  • Il suffit de commenter sur un des articles du rendez-vous entre le 1er et le 19 du mois de novembre 2016.
  • Et de commenter sur la page Facebook du rendez-vous, (en indiquant le blog sur lequel vous avez commenté).

Résultats dans les jours qui suivent sur cette même page Facebook, sur la page FB du blog et en édit de ce billet.

Règlement complet du concours à consulter ici.

EDIT du 23 novembre 2016 : 

Le gagnant du guide « Paris chic et zen » édité par Gallimard est : Antoine Pa Go
C’est Juliette Petit qui a gagné le bon d’achat OUIBUS de 120 euros
Bravo à eux !
Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à me suivre sur Facebook ou Hellocoton !
Publicités