Sur le canal de Nantes à Brest #1

canal-nantes-brest-1

Profitant d’ une belle journée ensoleillée, nous nous sommes rendus à Nort sur Erdre, à une trentaine de kilomètres au nord de Nantes, pour débuter le parcours de long du canal de Nantes à Brest.

Le projet d’unir Nantes à Brest par l’intérieur des terres fut décidé par Napoléon en 1810, pour des raisons stratégiques. Car les conflits avec l’Angleterre, dont la flotte est supérieure sur les mers et a décidé un blocus, l’empereur veut continuer à assurer l’approvisionnement des arsenaux de Brest et Lorient par une voie fluviale intérieure la reliant à la Loire par Nantes. Les travaux commencent en 1804 et s’achèvent en 1842.

8 rivières, 4 bassins fluviaux et 3 biefs de partage des eux furent reliés dans des travaux titanesques. Prisonniers de guerre espagnols, soldats déserteurs et bagnards de Brest, paysans, femmes et enfants y travaillèrent…
Le canal de Nantes à Brest constitue désormais une voie d’eau de 364 km, ponctuée de 237 écluses. Il part de l’écluse de St Félix (Nantes) à l’écluse de Guily-Glaz (Port-Launay).
Il a largement contribué à désenclaver la Bretagne, et à faciliter son développement économique, avant que le rail ne prenne le relais.
canal-nantes-brest-2
canal-nantes-brest-8
Ayant déjà parcouru quelques tronçons de la Loire à vélo en famille (ici et ), cela faisait un long moment que nous avions envie de changer un peu d’air (sans aller bien loin !) et de découvrir l’environnement du canal de Nantes à Brest.

Mon idée initiale était de programmer quelques jours en itinérant, mais un petit pépin de santé nous a empêché de nous organiser. Nous avons néanmoins pu programmer une journée de balade, à la dernière minute.

Nous avons choisi de commencer par le commencement, c’est-à-dire par la jonction entre l’Erdre sauvage et le canal. Nous avons donc suivi les panneaux « Vélodyssée » puis « écluse n° 2 Quiheix » pour nous garer près de Nort sur Erdre, au lieu dit Quiheix (quelques places de parking seulement).

canal-nantes-brest-9

iris-eau

Et c’est parti pour quelques kilomètres de vélo, sur un sentier entièrement dédié et bien entretenu (revêtement stabilisé), plat et sans aucune difficulté.

C’est un paysage très bucolique qui s’offre à nous, le chemin est bordé de prairies, de bois, de quelques jolies propriétés. Peu de bruit si ce n’est le chant des oiseaux, nombreux en matinée. De nombreux geais nous gratifient de leur éclat bleuté, tandis que les hirondelles rustiques investissent les écluses.

geai

hirondelle-rustique

De nombreuses écluses sur ce premier tronçon, toutes numérotées et avec des indications de distance jusqu’à la prochaine, ce qui permet de se repérer. Des bornes en pierre marquant les kilomètres permettent aussi de mesurer la progression.

canal-nantes-brest-19

canal-nantes-brest-3

canal-nantes-brest-15

canal-nantes-brest-16

canal-nantes-brest-20

De nombreux panneaux explicatifs jalonnent le parcours, donnant des informations sur le fonctionnement des écluses, les lieux. Les éclusiers sont aussi disponibles pour renseigner les promeneurs.

Si le canal passe sous les routes, le chemin de halage quant à lui remonte régulièrement et il faut alors emprunter des (petites) montées et traverser, c’est la seule « difficulté » du parcours.

canal-nantes-brest-11

On roule d’un côté puis de l’autre du canal, toujours en voie réservée aux piétons, cyclistes et cavaliers. Les paysages varient, les écluses ponctuent les kilomètres.

Nous avons eu la chance de voir la manoeuvre complète d’un bateau de tourisme passant une écluse en autonomie, c’est très chouette !

canal-nantes-brest-4

canal-nantes-brest-5

Pour les plaisanciers, des éclusiers sont présents à certaines écluses, et à certaines heures. Ces écluses sont signalées par un panneau vert. Si vous voyez un panneau bleu au contraire, il signale une écluse en libre-service. Il vous faut alors amarrer votre bateau au ponton, en descendre, et faire toute la manoeuvre seul ! A ce qu’on a vu, c’est assez physique, et ça dit vite devenir répétitif. Même si au final on va certainement plus vite en vélo, j’avoue que naviguer à rythme lent sur ce canal doit être une expérience à tenter, reposante sans doute. Par contre des files d’attente doivent facilement se former en été.

canal-nantes-brest-18

canal-nantes-brest-6

Nous avions pensé nous arrêter pique-niquer à l’étang de Bout-de-bois, mais la zone de pique-nique, qui se situe en fait juste après l’étang, quoique bien aménagée, nous a semblé trop bruyante car très proche d’une grande route. Nous avons donc continué en direction du bois de la Chevalerais, autre possibilité repérée en amont, mais les petites jambes ont dit stop ! Et comme il fallait penser au retour, nous nous sommes donc arrêtés à l’écluse de la Remaudais, où une table nous attendait juste au bord du chemin, pour un sandwich bien mérité !

canal-nantes-brest-10

canal-nantes-brest-12

Une autre possibilité aurait été de pique-niquer juste au bord de l’étang, mais là je vous conseille de suivre les panneaux indiquant la variante Bout-de-bois, pour être du bon côté (soit à droite du canal dans le sens Nort-Blain) !

Nous avons donc parcouru une vingtaine de kilomètres depuis le point de départ, il n’en restait plus que 10 pour rejoindre Blain, mais faute d’organisation suffisamment en amont nous n’avions pas résolu le problème de retrouver la voiture en fin de journée. Il aurait fallu soit venir avec deux voitures et en laisser une à chaque bout du trajet, ce qui implique des allers-retours en voiture, soit qu’un cycliste fasse se dévoue pour faire l’aller-retour à vélo cette fois et ramener la voiture aux moins courageux… Vous me suivez ? Ou alors louer un bateau pour faire le trajet en sens inverse, pourquoi pas pour une autre fois !

En tous les cas vous l’aurez compris, cela demande un petit peu d’organisation, mais c’est tout à fait faisable. Il est également possible de programmer plusieurs jours le long de ce canal, des hébergements étant possibles (et indiquées) tout au long du parcours.

canal-nantes-brest-14

Pour l’aspect pratique je vous recommande plusieurs sites et documents :

Pour les conseils de navigation, mais aussi les explications historiques sur la construction du canal et les explications techniques du fonctionnement des écluses, voici un document de la Communauté de communes Erdre et Gesvres, très bien fait.

La description des tronçons et des points d’intérêt des canaux de Bretagne depuis le site de l’Office de tourisme du pays de Redon.

Le site de la Vélodyssée, car le canal de Nantes à Brest s’inscrit dans un itinéraire long de 1200 km qui va de Roscoff à Hendaye. Vous y retrouverez notre (toute petite) étape !

Le site des canaux de Bretagne pour d’autres informations historiques et techniques. Un document présentant les écluses (avec les distances les séparant) pourra vous être utile pour programmer vos haltes.

Mais aussi… le site du département de Loire-Atlantique pour le début de l’itinéraire, ou celui de Tourisme en Bretagne pour une vision plus complète.

Et surtout, n’oubliez pas de prendre suffisamment d’eau, de la crème solaire, des vêtements et chaussures adaptés, et du ravitaillement pour prendre des forces régulièrement !

Cet article est ma première participation à #EnFranceAussi organisé par Sylvie du blog Le coin des voyageurs, un rendez-vous mensuel de blogueurs pour (re)découvrir les richesses de la France. Pour juin 2016, Malicyel du blog Un pied dans les nuages et Nicolas du blog Week-end Evasion ont choisi le thème : « Sports et Vacances », auquel je m’associe aujourd’hui avec cette belle balade familiale à vélo.

canal-nantes-brest-13

Publicités

28 commentaires

  1. ça me fait penser au canal du midi et au canal latéral à la Garonne, j’habite à côté, et la nature est un peu semblable … ces kilomètres de voies cyclables sont des petits paradis pour les familles, en vélo, en bateau et à pied 🙂

    Aimé par 1 personne

  2. Très très sympa ! En péniche l’expérience est bien tentante aussi : on doit vivre vraiment à un autre rythme… En vélo comme tu dis il faut un peu d’organisation mais ça doit être vraiment chouette. Sinon à pied ça me plairait, mais on doit pas pouvoir en faire un grand tronçon, à moins de s’organiser là-aussi avec plusieurs voitures. Merci pour cette belle idée à laquelle je n’avais pas pensé, si proche de chez moi…

    Aimé par 1 personne

      • Pendant longtemps j’ai fait une fixation sur la montagne, comme si la rando ne pouvait exister nulle part ailleurs ! Puis j’ai testé la rando à la mer, et bien sûr j’ai adoré ! Ensuite j’ai élargi à d’autres régions de France sans mer et sans montagne, comme moyen de découverte de nouvelles régions, et là aussi j’ai adoré ! Maintenant je découvre les plaisirs de la rando près de chez moi (je pense que les blogs que je suis depuis que je suis moi même blogueuse y sont grandement pour quelque chose…) et, comme tu dis, même s’il n’y a pas la montagne, « ça a un autre charme », mais du charme ! Beaucoup de charme souvent même ! Finalement il y a tant et tant à découvrir PARTOUT ! J’ai le regret de ne pas avoir fait ça plus tôt !!!! Mais comme on dit : « mieux vaut tard que jamais » !

        Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s