Venus d'ailleurs Paola Pigani

Mirko et Simona sont kosovars. En 2001, accrochés l’un à l’autre, ballottés, ils arrivent à Lyon dans la foule des réfugiés que les conflits en Europe de l’Est jettent sur les routes.

Dans cette ville qu’ils n’ont pas choisie, ils vont chacun à leur façon tenter de se construire un avenir.

Au gré des rencontres, des démarches administratives, Paola Pigani dresse les portraits de ces personnes déracinées par la violence, avec une grande acuité et une grande tendresse.

Dans une écriture très agréable à lire, tout l’éventail des sentiments et des émotions liés à l’exil est formidablement traduit : le déchirement, le renoncement et le regret, la culpabilité, mais aussi l’espoir, la volonté, la foi en l’avenir.

Alors que Simona décide de choisir la voie de la joie et des projets, Mirko quant à lui ne parvient pas à évacuer la douleur, les souvenirs terrifiants de l’épuration ethnique. Il tente d’apprivoiser la ville comme il le faisait dans son pays, en réalisant des graffiti dans les zones inhabitées, les espaces entre-deux, reflet de sa propre situation, entre deux mondes, mais jamais vraiment dans l’un ou l’autre.

Un magnifique roman, au ton très juste et très humain, entre espoir et tristesse, qui ne peut que faire écho à la situation de ces milliers de migrants malgré eux, qui cherchent juste une place, leur place.

Paola Pigani est une auteure française née en Charente en 1963, dans une famille d’origine italienne. N’entre pas dans mon âme avec tes chaussures, son premier roman, qui retrace l’internement d’une famille manouche au camp des Alliers entre 1940 et 1946, a remporté sept prix littéraires.

Venus d’ailleurs est paru en août 2015 chez Liana Levi (17€).

Ce livre est lu dans le cadre du Prix des lecteurs nantais.

Retrouvez désormais mes comptes-rendus de lecture sur mon autre blog Mes mots Mes livres

Publicités