la chaise numéro 14 Fabienne Juhel

Bretagne, fin de la deuxième guerre mondiale. Maria vit avec son père, restaurateur dans une petite ville.

Dans ces jours de joie et de désorganisation de la Libération, une jeep américaine arrive devant l’établissement hôtelier. 4 hommes en sortent et demandent à voir Maria, accusée d’avoir eu une relation avec un officier allemand.

Devant la foule hostile, Maria sort, drapée dans la robe de fiançailles de sa mère défunte, ange blanc à la chevelure rousse, étrange apparition.

Elle est tondue par un coiffeur réquisitionné par le chef des 4 hommes, Antoine, un jeune homme de la région qu’elle a bien connu, ami d’enfance qui ne lui a pas pardonné de l’avoir refusé comme époux.

Après cette humiliation, Maria entreprend de retrouver sa dignité de femme, amoureuse et non pas traître à son pays. Armée de la chaise de son supplice, elle va réclamer justice à 6 personnes, 6 noms sur sa liste.

Un roman qui se lit facilement, qui redonne de l’humanité à celles que l’on appelait les « tondues », humiliées, parfois exhibées en public et malmenées, boucs émissaires et proies faciles d’une foule vengeresse et d’une période historique traversée par une justice partiale et expéditive.

Un beau portrait de femme également.

Fabienne Juhel est une auteure française née à Saint-Brieuc en 1965.

La chaise numéro 14 est paru aux éditions du Rouergue en mars 2015 (21€).

Livre lu dans le cadre du Prix des lecteurs nantais.

Retrouvez désormais mes comptes-rendus de lecture sur mon autre blog Mes mots Mes livres

Advertisements