magnolia-2

Omniprésent à Nantes, le magnolia a tissé une histoire forte avec la ville. C’est le père Charles Plumier, également botaniste, qui baptise le Magnolia Grandiflora en 1703, en l’honneur de Pierre Magnol, un autre botaniste de la fin du 17ème siècle. L’arbre se trouve dans la forêt antillaise.

En 1711, c’est à bord du Saint-Michel qu’un plant arrive à Paimboeuf, avant-port de Nantes à cette époque. Le propriétaire du bateau, René Darquistade, l’installe dans l’orangerie de sa propriété des Sorinières, le château de la Mallardière. Il y végète pendant une vingtaine d’années, avant d’être mis en pleine terre, ultime recours. Il reprend alors vie et bientôt ses grandes fleurs couleur crème attirent les plus célèbres sommités botaniques de la région.

Appelé jusqu’alors laurier tulipier, ce n’est qu’en 1764 que François Bonamy, Directeur du Jardin des Apothicaires, l’identifie sous le nom de Magnolia grandiflora.

Après plusieurs tentatives, il est reproduit par marcottage. Un sujet obtenu en 1806 est replanté au jardin des plantes de Nantes et est encore visible aujourd’hui.

Parallèlement, entre 1741 et 1749, Roland Michel Barin de la Galissonnière, alors gouverneur de Louisiane, ramène également des plants créa dans l’arboretum de sa propriété du Pallet. Ce sera l’origine des cultivars nommés Magnolia grandiflora galissonniensis.

A partir de ces deux introductions, le magnolia va devenir la spécialité des pépiniéristes nantais qui vont le multiplier et le diffuser largement.

Dès 1980 la ville de Nantes commence à constituer une collection, reconnue depuis 1992 par le Conservatoire des collections Variétales spécialisées comme « Collection Nationale de Référence ».

Du Jardin des plantes au château, le long des grandes avenues jusqu’au parc floral de la Beaujoire, plus de 330 variétés sont présentes. Je vous laisse en admirer quelques-unes…

magnolia-3   magnolia-nantes-chateau-ducs-bretagne

magnolia-1

magnolia-5

magnolia-7

magnolia-nantes-chateau-ducs-bretagne-2

magnolia-4

magnolia-chateau-tram

magnolia-6

Pour revoir tous les articles sur Nantes et la Loire-Atlantique, c’est par ici.

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à vous abonner au blog, ou à me suivre sur Facebook ou Hellocoton !
Publicités