bruxelles-atomium-1

Après une fin d’après-midi sur la Grand-Place puis une journée à arpenter, à pied, le centre ville de Bruxelles, nous débutons notre troisième  journée de visite par une balade en métro (chez nous les enfants adorent car ils n’y sont pas habitués, et c’est déjà une excursion en soi !), en direction du site de l’exposition universelle de 1958.

En cours de route, arrêt à Bruxelles les bains, quai aménagé chaque année au mois de juillet par la ville, avec sable, transats, échoppes, ateliers, spectacles et concerts. En journée c’est un lieu de balade assez calme, les gens s’arrêtent prendre un verre, embarquent pour une croisière sur le canal de Bruxelles… N’oubliez pas de lever le nez pour admirer les dessins d’Hugo Pratt !

bruxelles-bains-2

bruxelles-bains-1

bruxelles-bains-4

bruxelles-bains-3

On repart en métro, admirant au passage les péniches qui sillonnent le canal, véritable route commerciale dans cette région.

bruxelles-riviere

Visible de nombreux endroits de Bruxelles, l’Atomium faisait partie des « bâtiments » que nous souhaitions voir. Situé à Laeken, un quartier excentré, il est comme posé au milieu d’une vaste esplanade.

Construit en 1958 pour l’exposition universelle, il représente une molécule cristalline de fer agrandie 165 milliards de fois.

Nous n’avons pas visité les expositions se trouvant à l’intérieur, nos enfants nous paraissant trop jeunes pour en profiter réellement. Avec des ados ce serait sûrement intéressant. L’exposition permanente parle de l’exposition universelles, les expositions temporaires sont en lien avec l’architecture, le design et des thèmes d société. A noter que la sphère supérieure permet une belle vue sur la ville et au-delà. Pour les infos pratiques, c’est par ici.

Mais le bâtiment en lui-même est déjà très intéressant et fabuleusement photogénique !

bruxelles-atomium-4

bruxelles-atomium-2

Nous nous sommes ensuite dirigés vers le parc de Laeken. Surtout n’oubliez pas votre plan car ce parc est très grand ! Créé au 19ème siècle sous l’impulsion du roi Léopold II dans un style paysager, il s’étend sur plus de 70 hectares…

Et comme il faisait très chaud (plus de 30° !), nous n’en avons vu qu’une petite partie, nous n’avons pas vu le Palais royal ni les serres (qui sont paraît-il magnifiques mais n’ouvrent au public que trois semaines au printemps, ce serait une belle occasion d’y retourner !).

Nous nous sommes arrêtés au pavillon chinois, construit entre 1901 et 1910 à la demande du roi Léopold II. Les boiseries extérieures ont été sculptées à Shanghai. Il abrite aujourd’hui le Musée d’Extrême-Orient de Bruxelles.

bruxelles-laeken-pagode-chinoise

bruxelles-laeken-pagode-chinoise-2

Autre bâtiment du même musée, la pagode japonaise date de la même époque. Le pavillon d’entrée a été racheté par le roi à l’exposition universelle de Paris de 1900, et la tour commandée à l’achitecte français Alexandre Marcel a été inaugurée en 1905. La décoration a été réalisée au Japon.

bruxelles-laeken-pavillon-japonais

Voilà, c’est fini pour ce deuxième jour de visite très dépaysant. A suivre !

Pour voir les autres billets sur Bruxelles, c’est par ici !

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à me suivre sur Facebook ou Hellocoton !
Publicités