Lecture : Réparer les vivants de Maylis de Kerangal

reparer-vivants-maylis-kerangal

Simon Limbres est un jeune homme de 19 ans, passionné de surf. Au retour d’une sortie sur la côte près du Havre, c’est l’accident, Simon est éjecté de la voiture.

A l’hôpital, il va être déclaré en état de mort cérébrale… Une course contre la montre s’engage alors, celle du don d’organe.

J’ai tout d’abord été déconcertée par le style, foisonnant, urgent, débordant de détails et de digressions. Les personnages, maillons essentiels de ce processus, nous sont présentés tout à tour dans toute leur humanité, comme s’il fallait oublier l’aspect administratif ou logistique, pour ne garder que l’humain, essentiel à toutes les étapes. L’urgence de l’écriture fait écho à celle du processus du don et de la transplantation, mécanique bien huilée qui ne souffre aucun petit caillou dans ses rouages.

Au fil du récit se construit l’histoire de Simon, celle de ses amis, de son amie, de ses parents, enchevêtrées à celles des personnels médicaux qui s’occupent de lui à son arrivée à l’hôpital, de Thomas l’infirmier coordinateur des prélèvements, des chirurgiens pionniers comme débutant dans ce domaine, des patients potentiels receveurs… Tout est disséqué, les protagonistes sont présentés avec leurs forces et leurs failles, dans une danse où petit à petit tout se met en place, où dans un même mouvement la dévastation et le formidable espoir se rencontrent, où tous les pas mènent à l’aboutissement d’un formidable don, le don de la vie.

Ce livre est un véritable plaidoyer pour le don d’organes, très émouvant, sans doute très documenté, qui ne verse ni dans le pathos ni dans la sécheresse administrative, sur le fil, comme la vie. « Enterrer les morts et réparer les vivants », voilà les deux versants d’un même mouvement. Un très beau roman, que je recommande.

Maylis de Kerangal, née en 1967, a grandi au Havre, décor de ce roman. Elle est auteur et ses livres ont reçu de nombreux prix.

Réparer les vivants est paru chez Verticales en janvier 2014 (18,90€) et chez Folio Gallimard en mai 2015 (7,50€).

Retrouvez désormais mes comptes-rendus de lecture sur mon autre blog Mes mots Mes livres

Publicités

4 commentaires

  1. Merci à celle qui m’a offert ce livre; oui, je pense exactement la même chose que ce que tu développes dans ton commentaire; un véritable plaidoyer pour le don d’organe et toutes les qualités que tu as soulignées. Un très beau livre à lire.

    Aimé par 1 personne

  2. Ah oui. Je n’aurais pas choisi toute seule ce livre. L’histoire est terriblement dure (et pourtant si vraie). On me l’a conseillé, et on a bien fait. Il est de ceux qui laissent une trace. Mon regard sur le don d’organe a changé. Ce n’est plus juste une idée comme ça. Une réussite.

    Aimé par 1 personne

  3. C’est un beau roman au rythme très particulier : on croirait que c’est le coeur de SImon qui bat. Tout le long, on sent l’urgence des décisions et actes de tous les autres personnages autour. C’est très émouvant et j’ai beaucoup aimé aussi.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s