rita-new-york-1964-unni-nielsen

Rita, jeune norvégienne télégraphiste sur l’Albion, navire de la United Fruit Company, débarque à New York à la fin de 1963. Elle y rencontre quelques jeunes garçons de son âge, norvégiens de la deuxième génération, dont Ove, dont elle tombe amoureuse. L’heure est au rêve américain, mais déjà des failles apparaissent : lutte pour les droits civiques de la population noire, conflits militaires…

Ove est pétri de religion et de sens du devoir, Rita ne croit pas en Dieu et paraît plus lucide. Quand Ove est tiré au sort pour aller se battre au Vietnam, tout bascule. Le petit monde se fissure, puis vole en éclat pour finir par un tourbillon de violences et de désillusions.

Le début est un peu long, on sent que l’auteur puise dans ses souvenirs, mais ces souvenirs permettent néanmoins de se replonger dans l’atmosphère de l’époque. On y ressent progressivement tous les tiraillements, les déchirures d’une époque et d’un univers en perdition. C’est un roman mais aussi un très beau tableau d’une époque, tout en nuances.

Unni Nielsen (1942-2005) est une romancière norvégienne.

Rita, New York, 1964 est paru en  2007 aux Editions du Rouergue (11,70€).

La Norvège ne fait pas partie de l’Union européenne et n’est donc pas au nombre des 28 pays recensés pour le Challenge lectures européennes.

Retrouvez désormais mes comptes-rendus de lecture sur mon autre blog Mes mots Mes livres

Publicités