venus-kakis-anna-druesne

Emma vit une existence tranquille et ennuyeuse avec Sylvain, son compagnon depuis 8 an. Quand par hasard elle trouve un string dans la poche de Sylvain, elle se rend compte qu’il n’y a plus aucun sentiment entre eux.

Une irrésistible envie la pousse à porter cette lingerie et à se promener dans Paris. Elle y croise un homme aux yeux kakis, qui la subjugue.

Par un heureux concours de circonstances, elle rencontre à nouveau cet inconnu quelques jours plus tard, puis le rejoint à Aix en Provence pour travailler en tant que décoratrice à la rénovation de sa bastide.

Entre eux se noue rapidement une relation à la sexualité débridée, tandis que Charles découvre un secret de famille qui va les entraîner tous deux de Prague à Vienne.

L’intrigue familiale est intéressante mais n’est finalement qu’anecdotique par rapport aux longs passages érotiques. Difficile pour moi d’adhérer à ce personnage d’Emma qui passe en une seconde d’une femme rangée et soumise à une amante avertie, impudique et sans limites. J’ai eu l’impression de lire un roman sentimental, ce à quoi je ne m’attendais pas, tandis que l’enquête m’a semblé un peu bâclée.

C’est un gros roman qui se lit très facilement mais à l’histoire trop convenue et tournant trop autour des fantasmes de l’héroïne à mon goût.

La vénus aux kakis, paru en septembre 2015 chez Serge Safran (23,90€), est le premier roman de l’auteure née à Bordeaux.

Livre lu dans le cadre du challenge « 68 premiers romans français, 68 premières fois » proposé par lecteurs.com.

Retrouvez désormais mes comptes-rendus de lecture sur mon autre blog Mes mots Mes livres

Publicités