camping

Adeptes du camping en couple, mais du camping de base, entendez un igloo, une glacière (pas électrique) et un feu gaz, nous avons beaucoup vadrouillé dans les campings de montagne, dans les Pyrénées notamment ou hors saison en Bretagne quand nous étions jeunes et insouciants… Ce que nous aimons c’est découvrir, rayonner sans faire trop de kilomètres quand on est arrivé à destination, et éventuellement pouvoir trouver un autre point de chute en cas d’aléas climatiques. Alors pas question de jouer à l’escargot avec sa maison sur son dos. Et à nous les campings municipaux (toujours bien tenus), les campings de randonneurs tout simples, sans animations, pourvu que les sanitaires soient propres.

A l’arrivée des enfants nous avons remisé la toile de tente au placard quelques années, et choisi des destinations plus « confortables ». Mais très vite nous avons voulu renouer avec le camping, en famille cette fois ! Toujours en mode simple, pas de coffre de toit ni de break, ça pousse à bien choisir ce qu’on emmène, même avec des enfants petits.

La première fois nous avons rejoint des amis sur la côte basque, dans le camping grand luxe qu’ils avaient choisi… Malgré la pluie (voilà pourquoi cette région est si verte, même plus que la Bretagne !), les fuites dans la toile vieillissante, nous avons beaucoup visité et apprécié, les enfants ont trouvé des copains et gagné en liberté, joué dans les flaques plus que dans la piscine, et ont aimé dormir dans une toile.

Nous avons donc réitéré à plusieurs reprises, que ce soit pour un week-end ou quelques jours de vacances, toujours avec bonheur. Les enfants aiment tellement que régulièrement ils voudraient qu’on plante la toile dans le jardin…

L’avantage du camping ce n’est pas toujours le prix, il faut bien regarder et mieux vaut souvent avoir une grande tente que deux petites toiles. Mais c’est surtout la liberté de pouvoir aller où on veut au dernier moment, en fonction de la météo (bon, c’est sans doute moins vrai en pleine saison dans des coins très recherchés), de pouvoir partir quand on veut, quand on a fait le tour, quand on veut changer de coin… C’est aussi l’occasion de passer vraiment du temps en famille, retrouver des activités plus simples, de jouer à des jeux de société plutôt que de se retrouver chacun devant son écran.

Chaque camping sera l’occasion pour les enfants de trouver un terrain de jeux, et pas forcément celui prévu ! Voici une série d’exemples vécus : jouer dans les flaques, jouer à cache-cache, visiter le camping, « pêcher » avec des herbes dans un lac, faire du land art sur le chemin, investir la toile de tente d’un copain, découvrir les jeux de société des copains, faire un barrage avec des cailloux dans le ruisseau, attraper des papillons (ou toute autre bestiole…), grimper dans les arbres…

On aime

Les enfants se font très vite des copains ;

Les enfants s’occupent très bien sans nous ;

Les enfants trouvent d’autres activités que les écrans (et nous aussi) ;

On vit au rythme de la nature et du soleil ;

Les enfants sont ravis de manger une salade, du cassoulet, des raviolis, des pâtes, du riz ou de la purée en sachet, on a l’impression de leur servir un festin de rois ! Et les adultes pensent à autre chose qu’au menu du prochain repas.

On aime moins

Les enfants se font tellement de copains qu’ils ne veulent plus partir visiter car ils ne vont pas pouvoir jouer avec Machin ou Truc qui est le meilleur copain de leur vie (depuis deux heures) ! ;

On doit parfois accompagner les enfants aux sanitaires pour vérifier la propreté ou en milieu de nuit…. (Nota : bien choisir son emplacement !) ;

Les enfants se réveillent avec le jour (ou l’âne qui braie, le voisin qui part, l’oiseau qui chante…) et n’arrivent pas à dormir avant qu’il fasse nuit, ou frais, ou que les voisins se taisent (quoique ce dernier motif semble plus gênant pour moi que pour eux…) ;

Les enfants réclament l’électricité pour brancher leurs consoles… On les retrouve à jouer dans les sanitaires… (qui sont les affreux parents qui ne veulent pas payer 3€ par jour juste pour recharger une DS ?) ;

C’est de plus en plus dur de trouver des blocs de glace à vendre pour mettre dans la glacière… Et on paye bien souvent plus cher avec deux igloos qu’avec une seule tente taille XXL. C’est fini le camping à la roots ?

Et vous, le camping vous aimez ?

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à me suivre sur Facebook ou Hellocoton !
Publicités